Estampes : Swarte

"Atomium : Belga ‘58" - Joost Swarte
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

"Atomium : Belga ‘58" - Joost Swarte

LE « BELGA ‘58 » DE JOOST SWARTE

Joost Swarte est le créateur de l’appellation «klare lijn» (« ligne claire »). Il s’est toujours refusé à utiliser ce style graphique de manière passéiste. Comme Evermeulen, il est un adepte de l’imagerie intelligente à lectures multiples. Son hommage à l’Atomium est un résumé fulgurant d’une époque !


En digne héritier du groupe « De Stijl », mais aussi de Vermeer, Joost Swarte applique une rigueur toute calviniste à la bande dessinée. Sa « ligne claire » soigneusement aboutie, fascinée par l’art moderne, et dont le discours référentiel renvoie aussi bien à Hergé qu’à l’Underground, lui permet de réaliser des images fortes. Le dessin réalisé pour la collection « Atomium 1958-2008 » en témoigne. L'auteur de « L'Art Moderne », un livre culte pour Champaka, se confie sur le sujet :

Que représente pour vous l’Atomium ? « Il est le symbole de l'esprit futur, mais surtout de l'Exposition Universelle de 1958. »

L’Atomium est-il « seulement » le témoin d’une époque ou continue-t-il à s’inscrire dans la « modernité » ? « Il est surtout le témoin de cette époque. »

Quand avez-vous découvert l’existence de l’Atomium ? « En 1958, quand ma mère est revenue de sa visite à l'Expo '58 et m’a donné des souvenirs et le guide de l'expo. »

Le voir en réalité change-t-il la perception que l’on en a, surtout quand on est dessinateur ? « L' Atomium est plus fort comme symbole qu’en réalité. »

Dans l’histoire de la bande dessinée, quel est l’auteur qui, à votre sens, est le plus proche, le plus représentatif de l’ « Esprit Atomium » ? « Sans doute André Franquin, avec « Modeste & Pompon » ».

Est-il facile de rendre hommage à l’Atomium ou à l’esprit qui s’en dégage ? « Oui, c'est un hommage au futur de l'époque , mais aussi à la naïveté de celle-ci. »

Quelles sont les possibilités et difficultés graphiques qu’offrent l’Atomium ? « On l'aime et on le dessine. »

Votre idée pour cette sérigraphie s’est-elle imposée immédiatement ? « Non. Je voulais représenter des éléments de la vie en 1958 et, en dessinant, j'ai découvert que tout le monde fumait à cette époque, donc j'ai montré une société pleine de cigarettes. D’où le titre de l’image : « Belga '58 » ! »

Auteurs